La S.P.A : Son Évolution, Ses actions …

Les Droits des Animaux

Le débat sur les droits des animaux n’est pas récent, il a été lancé par les philosophes les plus anciens.

Spa logoAu IVe siècle avant J.C. Aristote déclarait que les animaux se plaçaient loin en-dessous des humains, étant irrationnels. Son élève Théophraste, pas d’accord, affirmait que les animaux peuvent raisonner, sentir et ressentir comme les humains, il était donc injuste de leur retirer la vie pour les manger.

C’est l’avis d’Aristote qui persista – les humains et les non humains vivaient dans des règnes moraux différents, les uns étant doués de raison et pas les autres – jusqu’aux contestations de certains philosophes des années 1970 !

Au VIe siècle avant J.C. Pythagore, célèbre philosophe et mathématicien qu’on a appelé « 1er philosophe des droits des animaux » croyait à la vie après la mort, sous forme de transmigration de l’âme : l’âme d’un humain pouvait migrer entre humains et non-humains, en tuant un animal on pouvait tuer un ancêtre. Il a défendu le végétarisme, refusant de se nourrir de viande.

Plus tard

Au XVIIe siècle, le philosophe français René Descartes a soutenu que les animaux n’avaient ni âme ni esprit, donc ne pensaient et ne souffraient pas, puisque inconscients ! En opposition, Jean Jacques Rousseau rappelle que l’homme a commencé comme un animal, bien que « non dépourvu d’intelligence et de liberté »

Au XVIIIe siècle, le philosophe anglais Jeremy Bentham a déclaré que la souffrance des animaux est égale à celle des humains, même s’ils ne sont pas capables de raisonnement.

Au XIXe siècle, Arthur Schopenhauer affirme que les animaux, malgré leur manque de faculté à raisonner, partagent la même essence que les humains, et souffrent. Il se bat contre la vivisection (opération chirurgicale effectuée sur animal vivant).

La 1ère Association de bien-être animal (toute souffrance animale inutile doit être évitée) fut fondée en Grande Bretagne en 1824, d’autres suivirent en Europe, en Amérique du Nord, aux États-Unis en 1866.

Au début du XXe siècle, les sociétés de bien-être animal et les lois contre la cruauté envers les animaux étaient présentes dans presque tous les pays du monde.

En France, c’est Victor Hugo qui est Président de la Ligue Antivivisectionniste française. C’est un des promoteurs de la 1ère loi de protection des animaux domestiques (chevaux, animaux de ferme) prévoyant des sanctions pénales. Elle punit la brutalité publique envers les animaux, et prévoit une amende et des jours de prison pour ceux qui maltraitent leur animal. L’auteur de cette loi appelée « loi Gramont » Jacques-Philippe Delmas, Duc de Gramont, était un ministre de Napoléon III.

En 1845, en France, nait la Société Protectrice des Animaux (S.P.A.), fondée par le Docteur Etienne Pariset, ému par les mauvaises conditions de vie des animaux du Jardin des Plantes à Paris et les mauvais traitements infligés trop souvent par les cochers à leurs chevaux, et le Comte de Gramont.

La S.P.A. n’est pas la seule Association à agir pour la protection animale (58 refuges sur plus de 350 en France actuellement) mais c’est la plus ancienne et la mieux connue.
En février 1860, la S.P.A. est reconnue d’utilité publique par Napoléon III.

La S.P.A, SA DEVISE : SAUVER PROTÉGER AIMER

Depuis plus de 160 ans, la S.P.A (Société Protectrice des Animaux) assure la protection et la défense des animaux au quotidien, sur tout le territoire français.Ses possibilités continuent à évoluer, voyez plutôt !

  • En 1960, la S.P.A. reprend la gestion de la Fourrière parisienne.
  • En 1963, la loi du 19 novembre étend le délit de cruauté aux animaux sauvages apprivoisés et tenus en captivité.
  • En 1971, la loi du 22 décembre protège les jeunes animaux, spécialement les chiens et les chats, et défend leurs acheteurs.
  • En 1974, la France ratifie la Convention Européenne sur la protection animale en transport international : il faut assurer le bien-être des animaux transportés.
  • En 1976, la Présidente Jacqueline Thôme-Patenôtre fait adopter par l’Assemblée Nationale la Charte de l’Animal qui lui donne enfin le statut « d’être sensible ». Les Associations de protection animale reconnues d’utilité publique sont habilitées à se porter partie civile, en cas de mauvais traitements.

 


La CHARTE DE L’ANIMAL

Considérant que la Vie est une, tous les êtres vivants ayant une origine commune et s’étant différenciés au cours de l’évolution des espèces, Considérant que tout être vivant possède des droits naturels et que tout animal doté d’un système nerveux possède des droits particuliers, Considérant que le mépris, voire la simple méconnaissance de ces droits naturels provoquent de graves atteintes à la Nature et conduisent l’homme à commettre des crimes envers les animaux, Considérant que la coexistence des espèces dans le monde implique la reconnaissance par l’espèce humaine du droit à l’existence des autres espèces animales, Considérant que le respect des animaux par l’homme est inséparable du respect des hommes entre eux.


SPA actionsSPA regles
La Déclaration Universelle des Droits de l’Animal a été proclamée solennellement à Paris, le 15 octobre 1978, à la Maison de l’Unesco. Son texte révisé par la Ligue Internationale des Droits de l’Animal en 1989 a été rendu public en 1990.

Au début des années 80, la crise poussant les gens démunis à de plus en plus d’abandons, la S.P.A. crée plusieurs dispensaires, où ils pourront faire soigner, tatouer, stériliser leurs animaux aux moindres frais. Elle ouvre de nombreux refuges, en même temps, pour accueillir les chiens et chats errants ou abandonnés, les soigner, les stériliser et leur trouver une nouvelle famille.
En 1982, la revue Animaux Magazine est lancée pour sensibiliser le public sur le sort réservé aux animaux, également pour faire campagne contre la chasse à courre, les méthodes de vivisection. C’est un outil d’information et de communication pour la S.P.A.

En 1989, la loi Nallet relative à l’adoption des animaux de fourrière est votée par le Parlement, elle porte le délai de récupération par le propriétaire de son chien à 8 jours avant son euthanasie (au lieu de 4 jours).

La St François d’Assise, le 4 octobre, devient la Journée Mondiale de l’Animal ; la S.P.A. organise ses journées Portes Ouvertes sur l’ensemble de ses refuges.
Les Actions de la S.P.A: Les Droits Des Animaux

LA S.P.A. Société Protectrice des Animaux

En 1992, c’est l’ouverture d’une cellule Anti-Trafic d’animaux, avec mission d’identifier les réseaux de trafiquants, démasquer les élevages clandestins et pouvoir aller en justice pour les combattre. Cette cellule est très active actuellement, et permet à la S.P.A. de récupérer, soigner et sauver les animaux maltraités, détenus illégalement ou importés au mépris de toutes les lois.

La Cellule Anti-Trafic essaie de faire face aux arnaques sur Internet, et collabore avec des services de police, spécialisés dans le domaine de l’escroquerie sur Internet. Un numéro vient d’être mis en place pour que les particuliers dénoncent les mails leur proposant l’adoption d’un chien par exemple. Il s’agit de : SOS ESCROQUERIE 08 11 02 02 17

  • En 1993, c’est l’ouverture du 12e dispensaire.
  • En 1994, grâce à la S.P.A. le nouveau Code Pénal entre en vigueur : amende de 457€ et 762 € en cas de mauvais traitements envers des animaux, 2 ans de prison et 30 000€ d’amende pour des actes de cruauté sur eux.
  • L’année 1995 marque les 150 ans d’existence de la S.P.A. qui réaffirme son engagement : Sauver, Protéger, Aimer les animaux
  • A l’aube de l’an 2000, un site Internet est construit et mis en place, permettant à la S.P.A. de communiquer avec ses membres et le grand public. Serge Belais est élu 38ème Président.
  • En 2003, on fête le centenaire de l’ouverture du premier refuge, celui de Gennevilliers (92)
  • Aujourd’hui, la S.P.A. continue son combat pour la protection des animaux non seulement en France, mais aussi à l’étranger.

SES PRINCIPALES BATAILLES

Les abandons des particuliers, le trafic d’animaux, les animaleries, la souffrance des animaux de cirque, la corrida, le commerce de la fourrure, le massacre des phoques, la vivisection toujours et encore…

LA S.P.A EN CHIFFRES

  • Elle comprend 58 000 adhérents, 2 000 bénévoles, 1100 délégués-enquêteurs bénévoles, 22 clubs « Jeunes »répartis sur toute la France.
  • 56 refuges accueillent chaque année 45 000 chiens et chats qui sont recueillis, soignés, vaccinés et stérilisés avant d’être proposés à l’adoption, contre une participation aux frais de l’animal, 12 dispensaires ont été ouverts sur toute la France.
  • Pour continuer son travail : informer les députés, les sénateurs, les ministres pour faire changer et appliquer les lois, la S.P.A. a besoin de votre soutien, votre aide. Par votre adhésion, vos dons, vous permettrez de nourrir, soigner les animaux qu’elle accueille.
  • La S.P.A. finance d’autres Associations de défenses animales. Elle lance périodiquement des campagnes de sensibilisation au public, organise des manifestations (anti-fourrure, chasse, animaux de laboratoire, etc …), des Journées Portes Ouvertes proposant des chiens et chats à l’adoption, des Salons. Elle est présente à la radio, la télévision, la presse écrite, sur Internet.

Laisser un commentaire